Le ELLE australien est enfin sorti ! 68 ans après le premier numéro français et 28 ans après le premier numéro US.

ELLE, c’est à jamais mes années d’ado fashionita, LE magazine dans lequel j’ai appris à m’habiller, me maquiller mais également à me positionner en tant que femme en devenir. LE magazine qui m’a fait carrément fantasmer sur la création de MON propre magazine !

Sa ligne éditoriale, merveilleusement lancée par Françoise GIROUD, a toujours été de témoigner de l’évolution de la condition des femmes dans notre société.

Il était grand temps qu’ELLE s’établisse « Down Under ». L’Australie est tout de même un des tous premiers pays à avoir accordé le droit de vote aux femmes et ce 45 ans avant la France. Dès 1895 très exactement d’abord en Australie Méridionale (Adélaïde), puis dès 1902 pour toutes les australiennes.

Je vous invite d’ailleurs à visionner le magnifique film de Jasmin Tarasin « Utopia Girls » qui relate cette partie de l’histoire australienne, peu connue des australiennes elles-mêmes.

Il semblerait aujourd’hui que l’Australie ait surtout gagné ses lettres de noblesse dans le monde de la mode.

J’avoue qu’en quelques années les vitrines ont bien changé. Je me souviens de mon désarroi il y a de cela 7 ans quand il m’était si difficile de trouver un haut rayé bleu marine et blanc… Impossible pour une française d’imaginer passer un été sans cet incontournable !!!

Aujourd’hui, la mode est ici la même qu’à Paris, Milan, New York, Buenos Aires, London parce que, comme en gastronomie, « Nos voisins du dessous » sont curieux et friands de tout ce qui se passe ailleurs. Et sincèrement, j’adore ce côté cosmopolite dans la mode australienne, total reflet de la culture d’ici.

Alors, vous pensez bien, que Mademoiselle l’a acheté ce premier numéro de ELLE Australia, a déjà regardé les quelques 150 pages qui le composent.

Beaucoup de pub certes mais n’oublions pas qu’il faut de l’argent et beaucoup pour lancer une entreprise, donc personne ne leur en tiendra rigueur. On sait ce que c’est.

On y retrouve volontairement ce qui se fait ailleurs. Logique pour un premier numéro et tellement australien.

Les photos sont bien évidemment superbes et dignes de tout ELLE. Hâte d’y voir un reportage, en passant, de notre Garance Doré nationale.

Pas encore lu tous les articles mais semblent parfaitement fidèles à la ligne éditoriale de ELLE.

Je n’ai qu’un bémol : la couverture. J’aurais adoré y voir Elle MacPherson, elle qui a fait tant de couvertures de ELLE dans le monde, les rédactions jouant avec plaisir à chaque fois sur son prénom et le nom du magazine.

elle-france-2007-july-02Maintenant j’ai hâte de lire le numéro 2 et surtout qu’il soit consacré à 80% à l’Australie, rêve d’y trouver un spécial Brisbane comme on trouve un spécial Toulouse avec toutes les bonnes adresses de la capitale du Queensland et fantasme sur un petit article consacré à La journée de Mademoiselle….

 

Source : article publié le 30 septembre 2013 sur La Journée de Mademoiselle à Brisbane.