Ne vous laissez pas submerger par le doute en lui accordant trop de crédit. Il est là, il est réel puisqu’il vous gêne et cela est son seul rôle : vous gêner au point où, sous son influence, vous risquez de tout « perdre ».

Il est, lui aussi, une création divine qui n’a qu’une seule « mission » : vous rappeler qu’il vous revient alors le devoir de le reconnaître par l’acceptation de sa présence en vous à un moment précis de votre vie quotidienne et ensuite, au travers de cette reconnaissance par l’acceptation, l’inviter à s’en aller.

Il est à être reconnu et, ensuite, libéré par vous et vous avez à vous méfier de ne pas entrer en lutte contre lui par des invitations diverses à vous distraire en espérant vous sentir mieux.

Non le doute a juste le devoir de vous rappeler l’essentiel c’est-à-dire que votre Foi est tout, sauf absolue au moment même où il se manifeste, sinon il ne se manifesterait pas.

Comprenez le rôle sacré qui est le sien.

Il est là pour vous refléter que vous limitez votre Foi en vous et en votre vie, ou encore en vos créations.

Remerciez-le une fois que votre Conscience vous l’a rappelé.

Soyez indulgent avec lui et dites lui combien vous lui êtes finalement reconnaissant car grâce à lui vous récupérez votre rôle de Créateur.

Le doute n’est ni là pour vous culpabiliser ni pour vous infliger une souffrance quelconque. Il est là pour refléter ce que vous imposez à votre Foi en terme de limites diverses et en prétextant que tout vous freine sauf vous-même.

Vous êtes le seul à pouvoir l’inviter et vous restez le seul à pouvoir le libérer, croyez-Moi Chers Amis.

Le rôle du doute est finalement de tisser un « lien amical » avec vous car il vient vous alerter des limites que vous vous imposez.

Soyez alors vous aussi, à votre tour, son ami et dès qu’il se manifeste, dans le silence dites ceci :

« Chère énergie de doute je te reconnais et je sais, grâce à toi, que je m’égare et que je nuis à la Foi qui est en moi et qui est nécessaire pour mon avancée dans la joie, l’amour et la paix.

Alors merci de t’être manifesté. Je te libère maintenant que j’ai reçu ton message.

Sois en paix car je décide de retrouver ma pleine Foi, ma Foi absolue ici, maintenant et pour toujours.

Amen. »

Cette entretien avec le doute sera le dernier si vous décidez d’en faire un allié et sachez que quelque soit l’intensité de sa présence en vous, c’est à vous que vous le devez et à personne d’autre.

 

Source : http://www.paroleaupeuple.com/archives/2014/07/02/30177818.html