Il arrive que certains d’entre nous vivent des moments si pénibles qu’ils ont l’impression de vivre la vie de Job.

Il arrive que des chansons, que c’est bien fait une chanson, mettent du baume sur le cœur de ceux-là, parle à notre ego.

Tu me dis que rien ne passe
Même au bout d’un moment
Qu’un beau jour c’est une impasse
Et derrière l’océan
Que l’on garde toujours la trace
D’un amour, d’un absent
Que tu refais surface
Comme hier droit devant
Tu me dis que rien ne sert La parole ou le temps
Qu’il faudra une vie entière
Pour un jour faire semblant
Pour regarder en arrière
Revenir en souriant
En gardant ce qu’il faut taire
Et puis faire comme avant
Je peux seulement te dire
Je peux seulement te dire

Qu’il m’a fallu la peur pour être rassuré
Que j’ai connu la douleur avant d’être consolé
Qu’il m’a fallu les pleurs pour ne plus rien cacher
Que j’ai connu la rancœur bien avant d’être apaisé
Tu ne sais pas encore ce que je sais par cœur
Ce que je sais par cœur beau Malheur

Tu me dis que rien n’efface
Ni la craie ni le sang
Qu’on apprend après la classe
Ou après ses 30 ans
On peut dire 3 fois hélas
Que personne ne l’entend
Comme personne ne remplace
Ceux qui partent pour longtemps
Tu me dis que vient l’hiver
Qu’on oublie le printemps
Que l’on vide les étagères
Qu’on remplit autrement
Qu’on se rappelle les yeux verts
Le rire à chaque instant
Qu’après tout la voix se perd
Mais les mots sont vivants
Je peux seulement te dire
Je peux seulement te dire

Qu’il m’a fallu la peur pour être rassuré
Que j’ai connu la douleur avant d’être consolé
Qu’il m’a fallu les pleurs pour ne plus rien cacher
Que j’ai connu la rancœur bien avant d’être apaisé
Tu ne sais pas encore ce que je sais par cœur
Ce que je sais par cœur

Tu me dis que c’est un piège
Un jeu pour les perdants
Que le bateau est en liège
Et l’armure en fer blanc
Que plus rien ne te protège
Ou alors pas longtemps
Que c’est comme un sortilège
D’être seul à présent
Je peux seulement te dire
Je peux seulement te dire

Pour être rassuré
Avant d’être consolé
Pour ne plus rien cacher
Bien avant d’être apaisé
Il m’a fallu la peur pour être rassuré
Et j’ai connu la douleur avant d’être consolé
Il m’a fallu les pleurs pour ne plus rien cacher
Et j’ai connu la rancœur bien avant d’être apaisé
Tu ne sais pas encore ce que je sais par cœur
Ce que je sais par cœur
Beau Malheur