L’Australie est à mes yeux terre de femmes exceptionnelles. J’avoue être, et ce depuis toujours, bien plus admiratrices de mes consœurs que de mes confrères.

La culture australienne donne une belle part aux femmes. Cela fait maintenant depuis plus de 10 ans que je connais et reviens dès que possible en Australie, et je reste toujours aussi fascinée par cette parité au quotidien femmes/hommes qui m’apparaît bien réelle. Je me souviens adolescente (Il y a donc plus de 30 ans) avoir été fascinée par ses jeunes femmes au volant d’engins de terrassement et autres. J’endosse régulièrement mon costume de fauteuil d’orchestre pour regarder ses tablées du dimanche où ce sont bien souvent les femmes qui mènent la conversation, respectueusement écoutées par les hommes présents. Fait étonnant pour moi qui vient d’une île où les femmes et les hommes vont chacun de leur côté au cours des repas, des réunions de famille.

Les australiennes sont de véritables pionnières et Sainte Mary McKillop, unique sainte australienne canonisée, en est également une.

J’en ai entendu parler pour la première par mon amie d’enfance qui, à l’époque des lourds soins qu’elle suivait, souhaitait tant pouvoir la prier au sein de la Cathédrale St Stephen de Brisbane où se trouvait une statue la représentant.

C’est finalement, bien des années plus tard, au cours d’une visite en compagnie de l’association des Greeters de Brisbane, que je découvris véritablement son histoire et pu vivre le souhait de mon amie en découvrant la statue réalisée à son effigie.

Mary McKillop, née dans la banlieue de Melbourne, a commencé à travailler à l’âge de 16 ans comme institutrice et a travaillé avec le Père Julian Tenison Woods, avec qui elle a participé à la création de la congrégation des Sœurs de St Joseph du Sacré-Cœur, fondée en 1866, dont elle est devenue le premier membre et la supérieure.

Elle accompagna, par son action éducative au sein de la congrégation, les plus défavorisés, les « laissés pour compte » et ouvrit de nombreuses écoles dans le bush, les communautés agricoles, etc…

Vénérée par les Australiens, elle fut canonisée en 2010 par l’église catholique suite à la guérison d’une femme qui avait un cancer généralisé que l’on ne pouvait plus soigner. On lui avait donné quelques semaines à vivre. Sa famille, ses amis et les sœurs de Saint Joseph ont prié pour sa guérison, par l’intercession de la bienheureuse Mary MacKillop.

Aujourd’hui, on aime à raconter qu’elle guide les marcheurs égarés dans le désert. On dit même qu’aucune des demandes qui lui auraient été faites jusqu’à ce jour n’est restée sans réponse.

 

Pour en savoir plus :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mary_MacKillop

https://archive.is/ozVmt#selection-1027.1-1027.267