Du point de vue spirite, l’avortement est un acte grave et avec des conséquences qui peuvent influencer bien des vies, des parcours, même des couples, des familles.

D’un point de vue psychologique, de nombreuses femmes ayant vécu l’avortement font des dépressions, se déprécient physiquement en ayant de nombreux partenaires sexuels. Il a été également constaté que de nombreux couples se torturaient et même se séparaient après un avortement.

Lorsqu’une âme choisit de s’incarner dans une famille c’est bien souvent dans un processus de pardon, de réconciliation affective. Lui refuser, par l’avortement, cette possibilité de réconciliation peut l’amener à émettre des vibrations de « mécontentement » telles qu’elles influencent la mère de façon parfois dramatique, allant jusqu’au décès de la mère.

Si vous êtes actuellement dans ce processus et que cela fait même des années que vous le vivez (cancers à répétition par exemple, divorce, etc…), il existe des prières de pardon pour cette âme à qui vous avez refusée la vie, des prières de réconciliation.

Ces prières vont vous permettre de restaurer l’équilibre énergétique.

Connectez-vous à cette âme par la pensée, calmement, donnez-lui un prénom et ouvrez votre cœur :

Petit bébé je te demande pardon de t’avoir refusé.
Père du Ciel je te demande pardon d’avoir refusé ce cadeau de vie.
Le nom que j’ai choisi pour mon bébé est : ……

Père Créateur, j’accepte maintenant l’enfant que tu m’as donné, je l’accueille dans Ton amour et je déclare que je l’aime comme tu l’aimes, je l’ai toujours aimé ; je le reçois de Toi comme un grand cadeau.

Cet enfant bien-aimé, je Te le redonne de tout mon cœur. Je le remets à Ta mère, à ma mère, à sa mère la Vierge Marie debout au pied de la Croix, pour qu’elle le mette dans Ton côté ouvert, dans Ton Cœur transpercé, ô Jésus.
Seigneur Jésus miséricordieux, guéris-moi et libère totalement mon esprit de tout souvenir pénible et de tout traumatisme.
Délivre mon enfant et moi-même de toute emprise de l’esprit de mort, et guéris mon enfant de toutes ses blessures de rejet et de manque d’amour.
Comble-le de Ta paix et de Ta joie afin qu’il jubile de Toi, éternellement.
Garde-le Marie sur ton Cœur Immaculé de Mère, jusqu’à ce qu’à nouveau, je puisse, moi aussi, le prendre dans mes bras et lui donner un baiser.

Amen !

 

Claudia Rizet-Blancher
Les ateliers de Mademoiselle