« Comment devenir autonome », « Changez d’alimentation », « Vivre ou subir », « Zéro déchet », « Vers la sobriété heureuse », « La magie du rangement », « L’art de la simplicité », « Je n’ai pas d’argent et ça me plaît », « Le grand ménage », « Manger bio c’est mieux », etc….

Des titres accrocheurs pour des livres devenus best-sellers, des conférences sur les mêmes thèmes, … L’information est là et depuis plus d’une dizaine d’années et force est de constater, que nous le voulions ou pas, que nous ne pouvons plus consommer comme avant, notre planète est devenu une déchetterie méga-géante et nous croulons sous les cancers !

Pourtant trop d’informations tuent l’information puisqu’on constate peu de changement, ou tout du moins les choses avancent doucement, vraiment doucement.

Partout la même question : « Mais qu’est-ce que je peux faire à mon niveau ? Je ne suis qu’une goutte d’eau dans l’océan ! » Eh bien, 7 milliards de gouttes d’eau, cela en fait des océans.

Faisons notre part, n’oublions pas que « La queue du chat est bien venue », éduquons nos enfants autrement. Nos enfants vont nous en vouloir de leur avoir acheté tant pour nourrir notre soif de paraître, vous verrez, même si aujourd’hui ils y prennent du plaisir. Ils prennent plaisir à ce que nous nous occupions d’eux, pas que nous achetions la paix, notre culpabilité, pas que nous agissions avec irresponsabilité.

En consommant moins d’alcool, moins de tabac, moins de shampoings et savons industriels, moins de produits alimentaires industriels, moins de produits de ménage industriels nous pouvons non seulement dégager des économies, mais également nous protéger des cancers provoqués par ces produits dits d’hygiène et également contribuer à stopper le gaspillage, les déchets.

Un morceau de pain avec une rangée de chocolat coûte 2 à 3 fois moins cher qu’un paquet de biscuits industriels (Même faire soi-même ses gâteaux coûte moins cher !), 1 litre d’eau avec 2 cuillères à soupe de vinaigre blanc additionné de cuillères à soupe de bicarbonate de soude et parfumée de gouttes d’huile essentielle d’orange non seulement ne polluera pas les eaux mais en plus coûte 10 fois moins cher que tous les produits que nous avons dans nos cuisines et qui nous font croire qu’en les possédant notre ménage se fera tout seul, nous n’avons besoin que d’un seul shampoing pour nous laver les cheveux et non de 10 !

Nos grands-mères s’achetaient une tenue complète par saison, de qualité, très belle, qu’elles prenaient plaisir à porter. Avons-nous vraiment besoin de tous ces vêtements, chaussures, accessoires dans nos placards ? Et sommes-nous vraiment obligés d’acheter du neuf ? Pourquoi ne pas regarder du côté des vêtements de grande marque d’occasion, très peu portés et rarement abîmés ?

Sommes-nous obligés de prendre la voiture pour faire 50 mètres, d’en changer tous les 2 ans ? Sommes-nous obligés d’acheter la télé dernier cri, le smartphone à la mode ? N’avons-nous pas notre responsabilité dans cette consommation à outrance, qui produit des déchets à outrance, dont personne ne sait quoi faire aujourd’hui ?

Ce n’est pas que les solutions n’existent pas, c’est juste que nous consommons trop et trop vite pour que nos déchets soient traités dans les meilleures conditions, que nous produisons même plus de déchets aujourd’hui que les produits de consommation eux-mêmes : emballages, conditionnements, publicités papier, etc…

Après quoi courrons-nous dans cette consommation à outrance, de produits et d’aliments toxiques ? De quoi avons-nous peur ?

Et si nous nous arrêtions, si nous nous posions les bonnes questions et si nous cessions d’être les moutons de la publicité… Si, tout simplement, nous retrouvions notre liberté d’être et de penser par nous-mêmes, peut-être prendrions-nous conscience que nous sommes 7 milliards de goutte d’eau et que cela en fait des océans…

 

Claudia Rizet-Blancher
https://lesateliersdescarnets.wordpress.com