S’il y a bien un sujet sur lequel il faut être prudent en matière d’éducation c’est celui-là.

Croire qu’un être humain venant de s’incarner est forcément un être de lumière, qu’un enfant est forcément près de Dieu, c’est mal connaître le processus de réincarnation.

Il y a une chose qui prime chez l’enfant, dès sa naissance, c’est sa grande propension, capacité à aimer. Ça c’est certain. L’être humain naît plein d’amour et perçoit toute attention envers lui comme un acte d’amour. De nombreuses études médicales ont été faites à ce sujet. La plus importante fut celle réalisée sur des nouveaux-nés orphelins. au début du 20ème siècle. Certains ont été placés dans une nurserie et ont reçu tous les soins qu’il fallait : propreté, nourriture, etc… mais non reçu aucune marque d’affection. L’autre partie a été placée dans une nurserie où ils ont reçu de nombreuses marques d’affection et le minimum vital en matière de soins et nourriture. Les premiers ont rapidement présentés des signes de maladie, se sont laissés même mourir. Les deuxièmes se sont épanouis physiquement et moralement. Cette expérience est une aberration mais a le mérite d’avoir prouvé que l’Amour est l’aliment indispensable à l’être humain et ce dès sa naissance. Et c’est étrange d’ailleurs de voir comment l’humain enfant peut réagir à la maltraitance : il transforme cette maltraitance en attention en poussant parfois l’adulte à le maltraiter encore plus. N’avez-vous jamais vu de ces enfants faisant « bêtises » sur « bêtises » pour attirer l’attention, pour qu’on s’occupe d’eux ? Ils ont reçu pour message que maman ou papa s’occupait d’eux dans ces moments-là seulement. Ce sont donc pour eux des attentions d’amour. C’est triste mais c’est comme ça.

Tous les enfants ne sont pas à même de croire aux fées, aux lutins, de parler aux esprits de la famille, etc… L’évolution spirituelle d’une âme n’a rien à voir avec son âge dans cette vie. Son évolution spirituelle se fait au cours de nombreuses réincarnations.

L’évolution spirituelle appartient à chacun d’entre nous, que nous ayons 1 an ou 77 ans. Cela nous concerne, nous, principalement. Chacun avance à son rythme et en a le droit. C’est même un droit divin.

Il ne faut pas forcer l’enfant à adhérer à des pratiques spirituelles ou religieuses. Il a le droit de dire non et il est impératif de le respecter.

Par contre, l’élever en lui apprenant à vivre correctement dans son environnement, lui apprendre avec bienveillance les règles de savoir-vivre, d’hygiène, de santé, de diététique, lui prodiguer par l’exemple des valeurs morales (ne pas dire du mal de son voisin, ne pas voler, ne pas détruire, le respect du travail et de la famille, etc…), lui apprendre à gérer ses émotions, le respecter, l’aimer, communiquer avec lui avec bienveillance, ça oui. Ça c’est important. Mettez-y tout votre coeur, toute votre part de divinité, tout l’Amour que vous avez pour la Vie, pour Dieu. La différence viendra de là, il voudra faire comme vous si vous le faites vraiment avec le cœur, avec simplicité, avec amour, sans rien forcer. S’il vous voit heureux et serein de vivre ainsi, il en aura envie.S’il vous voit vivre sans rien forcer, tranquillement, s’il vous voit juste heureux d’être là avec lui. Cela suffira grandement. L’être humain enfant reconnaît très vite l’hypocrisie.

Vous ne pourrez jamais obliger votre enfant à faire du yoga s’il n’aime pas cela, à méditer si cela ne lui convient pas, à parler aux fées alors qu’il en a peur, à faire des mandalas alors que cela l’agace, à développer sa médiumnité s’il ne le veux pas, ou bien d’autres choses. N’oubliez pas que forcer, imposer, contraindre, humilier, culpabiliser est à mille lieux du cheminement spirituel.

Par contre, plus vous l’aimerez, plus vous le respecterez, plus vous lui donnerez envie de s’éveiller spirituellement. Mais alors ça c’est son cheminement, son propre cheminement. Évitons tout prosélytisme avec nos enfants. Contentons-nous de les élever afin qu’ils puissent vivre sereinement dans le monde de demain, à travers les valeurs morales qui font de l’Homme un être spirituel. C’est déjà tellement difficile d’être à leur écoute, de les accepter tels qu’ils sont, de les respecter tout simplement, de leur donner le bon exemple. Chaque chose en son temps.

Respecter leur vie intérieure est le premier pas pour eux vers la spiritualité.

 

Claudia Rizet-Blancher
https://lesateliersdescarnets.wordpress.com/