Ne fais pas ce que je fais mais fais ce que je dis, l’habit ne fait pas le moine, cordonnier mal chaussé.

 

Combien de fois ai-je entendu ces phrases au cours de mon enfance ! Elles me révoltaient et aujourd’hui je comprends pourquoi. A quoi cela sert-il de faire si nos actes ne correspondent pas à nos paroles, à quoi cela sert-il de dire si nos pensées ne correspondent pas à nos paroles ?

On risque fort de se retrouver le cul entre 2 chaises, ou encore à côté de ses pompes. Et si on a des enfants, ils risquent fort de nous mettre en face de nos incohérences…

C’est sûr que si on a grandi en entendant ces phrases, si on a grandi en voyant nos parents être polis avec les voisins et parler comme de vrais charretiers à la maison, si on a grandi avec des parents qui se montraient sous un autre jour devant les autres, etc… cela peut nous empêcher de créer cette harmonie en soi, d’aligner cette trinité. Parfois, il arrive même qu’on s’interdise de profiter de ses pensées, de ses idées comme si elles étaient des chimères, trop belles pour se dire et encore moins se réaliser.

Bon ça c’était avant… 😉 Aujourd’hui, nous sommes grands, nous sommes adultes et avons le pouvoir de diriger notre vie comme bon nous semble. Il est possible de se recentrer avec des gestes tout simples, des petites routines, de se reconditionner et à grâce à elles vivre enfin en harmonie, se donner enfin la possibilité de réaliser ses rêves.

Il faut oser être soi, sans se préoccuper du jugement des autres et surtout de l’entourage. Dans ma famille, j’ai souvent entendu dire que je faisais des manières parce que j’aimais parler gentiment et poliment, que j’aimais avoir une maison propre et bien rangée. Depuis, j’ai appris à travers le bouddhisme que notre environnement, notre maison est à l’image de nos pensées. Et cela m’a rassurée, m’a fait beaucoup de bien et m’a permis de me rapprocher de mon moi profond.

A chaque fois que je crée une pensée, que je la verbalise et que je vois que je n’arrive pas à passer à l’acte, j’utilise l’outil qui me semble le plus approprié :  tapping, méditation, pensée positive, … Je donne ainsi plus de force à mon mental pour qu’il puisse s’exprimer.

Il faut être honnête avec soi-même pour devenir véritablement honnête avec les autres.

 

Claudia Rizet-Blancher
https://lesateliersdescarnets.wordpress.com/