Ca y est c’est de notoriété publique : l’intuition ne serait plus l’apanage de la gent féminine mais serait notre 6ème sens à tous, sens que chacun d’entre nous aurait et qu’il serait temps de développer.

Bon d’accord pas de souci. Mais ça se développe comment cette intuition qui jusqu’à présent semblait être un don féminin et, lorsqu’elle touchait les hommes, ne touchait que les « grands » hommes, les inventeurs, les génies, les mystiques, …

J’ai lu qu’il fallait méditer, respirer, marcher dans la forêt, vivre et être en « pleine conscience » (Tiens la voilà qui revient !)… Peut être même penser à vivre un instant mystique…

qu'est ce que tu me racontes

J’ai donc pris mon bâton de pélerin, à nouveau, et puis j’ai cherché, j’ai lu, j’ai rencontré…

Et je me suis rendue compte que ceux qui avaient le plus de chance de réussir à développer leur intuition étaient ceux qui vivaient leur quotidien « en pleine conscience » (hé hé hé, on y revient) et que cela passait par suivre les règles, avoir une bonne hygiène de vie (passe difficilement l’intuition entre les vapeurs d’alcool, de cigarettes, ….), avoir de bonnes relations (s’engueuler avec son voisin, son conjoint, se prendre le chou avec son banquier, etc… pas bon pour la santé de l’intuition…), calmer ses émotions, avoir une bonne routine (a priori l’intuition a du mal à se canaliser dans le désordre), …. Et bien plus encore !

Plus j’avançais et plus je décortiquais la vie de ceux qui avaient une bonne et belle intuition, plus je réalisais que leur vie était guidée certes par le calme, l’harmonie, la foi mais aussi par des règles de vie et d’hygiène « ancestrales » et somme toute normales, que la simplicité et le bon sens étaient au coeur de leur vie. Les vies de Sainte Thérèse, de l’Abbé Pierre, Soeur Emmanuelle et consorts ont sont la preuve.

Et puis là, maintenant, tout en écrivant ce papier, je réalise pourquoi on parlait plus souvent d’intuition féminine que d’intuition tout court : c’étaient les femmes avant qui prenaient entièrement en charge le quotidien, la routine de la famille, le vivre ici-bas. Il en faut du dévouement et de l’humilité pour faire cela, 2 attitudes que semblent aimer l’intuition.


Claudia Rizet-Blancher