Beaucoup d’enfants sont aujourd’hui diagnostiqués avec un trouble du comportement. Beaucoup trop. Dès qu’un enfant n’entre pas dans le moule de l’école, de la société, on décrète qu’il a un trouble. Il est donc classé dys-machin, hyperactif, autiste, etc…

Quand on se place du point de vue spirite, on considère que cela a à voir avec un travail que l’âme souhaite effectuer dans cette vie ou par rapport à une de ses vies antérieures.

Prenons le cas de Joe, ce petit garçon décrété autiste. Dans sa vie précédente, il est mort à 30 ans d’épuisement et de soif après s’être évadé de l’hôpital psychiatrique dans lequel on l’avait enfermé. C’était de plus un enfant battu. Le jour de sa naissance, il a reçu plusieurs vaccins qui l’ont intoxiqué. Tout cela combiné a fait de lui un bébé qui hurlait dès qu’on le touchait (normal puisqu’il n’avait connu que les coups enfant) et n’était bien que seul, dans son berceau, un bébé qui ne réclamait jamais à boire ni à manger. Puis un petit garçon qui n’aimait pas qu’on le touche, qu’on lui parle, qui pouvait marcher des heures sans se plaindre et restait assis des journées entières à effectuer la même activité. Cela ressemble à sa vie antérieure : la marche jusqu’à épuisement et une journée type en hôpital psychiatrique. Aujourd’hui, tout est rentré dans l’ordre. Accompagné de soins spirites et holistiques, il peut enfin avancer sereinement sur le nouveau chemin qu’il a choisi.

Prenons maintenant le cas du petit Gabriel. Bébé, il jouait beaucoup, dormait peu, se réveillait souvent, touchait à tout. Enfant, il sautait partout, changeait sans cesse d’activités. Une vraie soif de vivre, avec même parfois une boulimie alimentaire. Gabriel est aujourd’hui un jeune homme qui a plusieurs cordes à son arc, a besoin d’être très actif et voyage beaucoup dans le cadre de ses activités professionnelles : il est reporter-photographe. C’est grâce à la connaissance de certains outils holistiques que sa maman a compris qu’elle devait laisser le petit Gabriel s’entraîner à devenir l’homme qu’il serait plus tard. A l’inverse, si elle ne lui avait pas permis dès son jeune âge d’être un petit aventurier,  si elle avait accepté qu’il soit déclaré hyperactif et donc médicalisé, cela aurait pu faire de lui un adulte refusant tout changement, tout imprévu, dans l’incapacité de vivre sereinement ce qu’en tant qu’âme il avait souhaité apprendre : « grandir, évoluer par l’acceptation des changements dans l’optique de s’en enrichir ». Il aurait même pu développer la caractérologie bipolaire afin de vivre des bas et des hauts pour vivre ces changements.

La connaissance du processus de la réincarnation permet d’être moins dans la confusion lorsqu’il s’agit d’accompagner des personnes que l’on qualifie parfois à tort comme ayant des troubles du comportement.

Certains enfants ont la caractérologie hyperactif car ils en ont véritablement besoin pour accomplir tout ce qu’ils ont à accomplir. D’autres ont des caractérologies bipolaires, autistes, etc… pour développer des habiletés, des vertus utiles à leur évolution. Le handicap physique a également son utilité et il ne faudrait pas empêcher les naissances d’enfants avec handicap ni les enlever de leurs familles car même dans ce cas il y a utilité au travail de l’âme.

Claudia Rizet-Blancher