j'arrête de râlerLors de notre séjour à Castres, nous avons avec Monsieur Mari créé un bureau d’études.

Travailler ensemble ne fut pas de tout repos car Monsieur Mari était un grand râleur (Je mets au passé, vous comprendrez pourquoi).

Fidèle à mon côté « Huggy les bons tuyaux », je partis donc à la recherche de « Comment vivre avec un râleur ». Notez la nuance : je ne demandais pas à Monsieur Mari de changer mais je souhaitais m’adapter 😉

Sur le net je tombais rapidement sur le blog de Christine Lewicki devenu best sellers « J’arrête de râler en 21 jours ».

C’est avec l’enthousiasme que l’on me connaît que je décortiquais son blog et la suivait dans son challenge. Et grâce à Dieu j’y ai trouvé des outils et astuces pour mieux vivre les râleries de Monsieur Mari. En effet, tout comme Christine Lewicki, j’ai appris que l’on ne pouvait pas changer l’autre mais que l’on pouvait changer son regard, son approche d’une situation. C’est ce que j’appelle « Regarder la bouteille de soda ».

Christine a demandé à ses lecteurs s’ils acceptaient de témoigner et c’est avec plaisir que je le fis.

Aujourd’hui, je lis son 2ème livre « J’arrête de râler sur mes enfants {et mon conjoint} » qui relate ses réflexions sur un 2ème challenge et je découvre en tout début de témoignage le mien (Il est signé Claudia et j’y parle de la Nouvelle-Calédonie).

Eh bien cela fait bizarre, non pas de lire son témoignage, mais de lire ce que je vivais, ressentais il y a plus de 3 ans. Je ne me suis absolument pas reconnue dans ce témoignage et Monsieur Mari non plus.

C’est pour dire le chemin parcouru !

Oh oui il aura fallu du temps pour arriver à communiquer autrement, beaucoup de travail mais cela en vaut vraiment la peine.

Comme le dit souvent l’Ôncien « Travail et persévérance sont les mamelles de la réussite »