Céline Tavarès est lectrice discrète, comme beaucoup d’entre vous, des Carnets. Elle avance sur son chemin de vie courageusement, parfois en trébuchant, comme chacun d’entre nous. Elle pourrait être moi, elle pourrait être vous. Sa (R)évolution silencieuse se fait entre elle et son âme, sa conscience. Elle a un jour décidé de le vivre entièrement, sans se cacher, simplement et sans faire de prosélytisme. Elle a un jour décidé de vivre pleinement, en toute conscience son chemin de vie. Et elle s’y prépare depuis longtemps et a décidé de témoigner…

 

Céline Tavares Enfant, j’avais des images et des scènes de vie qui m’apparaissaient le soir, quand j’étais calme au lit. Et surtout un grand ressenti. Je savais que j’étais là pour évoluer dans l’Amour avec un grand A et je ressentais aussi combien cela allait être difficile.

Après des années de bataille avec moi-même (forcément, j’ai choisi des parents qui n’allaient pas dans le sens de ce ressenti afin que je me renforce), j’ai failli m’éteindre à petit feu. Malgré tout, la Force de Vie était là. Et même dans les pires moments, son étincelle me permettait de me relever. Me conformer aux autres ne me donnait pas plus leur amour donc j’ai osé accepter cette Force dans ma vie. Je me suis acceptée avec ce ressenti, j’ai accepté ma sensibilité, peu importe ce qu’en disent les autres : « T’es trop sensible ! Dans la vie, faut se battre ! On ne vit pas d’Amour et d’eau fraîche ».

L’année de mes 39 ans, j’ai décidé d’arrêter de me cacher et facilement, quand on s’accepte pleinement soi-même, la réaction de l’autre en face change aussi. J’ai osé vivre au grand jour, et particulièrement sous le regard de mon mari, mes recherches spirituelles. Les écrits évoquant la spiritualité, l’énergie de la Source, tout ce qui me « parlait ». Avant je fermais systématiquement mon ordi quand mon mari passait à proximité et que j’étais sur un site de spiritualité.

La Force de Vie en moi m’a fait comprendre que j’étais très malheureuse de ne pas m’accepter telle que je suis, par ce ressenti que j’avais toujours considéré comme un handicap (On sent les émotions, les énergies manipulatrices ou les mauvaises intentions, à des kilomètres à la ronde) et les autres vous rabâchent que vous vous faites des idées, que vous voyez toujours le mauvais côté (alors que vous souhaitez juste leur dire que ça sonne faux !). J’ai donc décidé que ce ressenti, j’allais l’utiliser pour me renforcer moi et peu importait l’avis des autres. De toute façon, je ne plairais jamais à tout le monde !

J’ai alors suivi des formations en transmission d’énergie de la Source et entrepris un long travail sur moi (qui est quotidien), j’accepte d’accompagner les autres. Je prévois de m’installer comme accompagnatrice en mieux-être physique et psychique (Je m’entraîne déjà depuis quelques années avec entourage et amis).

Chaque jour, j’affine mon être car, selon moi, pour aider les autres, il faut déjà s’accompagner soi-même, dans cette évolution qu’est la Vie et surtout, je veux accompagner chacun vers sa propre autonomie, celle que j’ai eu tant de difficultés à atteindre.

Je crois vraiment, que seulement quand nous sommes libres de nous-mêmes, nous sommes LIBRES !

Je suis d’accord : « le meilleur est déjà en route ». Je m’éloigne des personnes qui sont convaincues du contraire. Je suis devenue végétarienne et heureuse de l’assumer pleinement même si cela n’est pas évident car souvent l’entourage veut croire à un « genre » qu’on se donne. Je ressens que plus nous rayonnons la simplicité, l’aise en toute situation, en étant dans notre coeur, plus tout le monde se sent bien. On doit l’apprendre plus ou moins au départ, puisque les vieux réflexes peuvent faire dévier mais bon, la Vie en elle-même n’est-elle pas un entraînement, chaque jour, vers une meilleure version de soi-même ?

 

Céline Tavarès