Avant d’être des humains, nous sommes des êtres spirituels.

Nos vies, à chacun d’entre nous, ne se limitent pas à notre seule expérience humaine, ici et maintenant. Nous venons vivre cette expérience pour évoluer, vivre l’expérience d’Amour.

L’Université de la vie terrestre est une université difficile mais ô combien prestigieuse. La preuve : nous sommes aujourd’hui plus de 7 milliards à l’avoir choisie ! Il faut du courage et beaucoup de volonté pour y entrer.

Le pays, l’époque au travers desquels nous avons choisi d’étudier vont nous permettre de développer bien des capacités, de nourrir notre cœur, notre esprit. Tel un ouvrier artisan nous allons travailler la matière la plus noble et la plus fragile qui soit : notre âme. Tout au long de cette expérience de vie, de nombreux professeurs, comme nos parents, nos grands-parents, nos frères et sœurs nous présenteront les outils, les leçons théoriques pour nous permettre de nourrir notre pensée, d’enrichir nos connaissances, d’affiner notre Idée.

C’est en donnant du sens à notre quotidien, ce qui passe par les soins apportés à notre lieu de vie, l’accompagnement de nos enfants, le soutien aux parents malades, vieillissants, la valeur donnée à notre travail, que nous réussirons à accepter et faire face aux aléas de cette existence. C’est dans la recherche du bien-être, auquel nous aspirons tous d’instinct, dans tous les domaines de l’existence, que nous développerons le mieux notre capacité à aimer, nos aptitudes à la joie et au bonheur. C’est grâce à ce quotidien terrestre, qui nous paraît si peu glamour, que nous deviendrons la meilleure version de nous-mêmes. Et sincèrement, les participants à Koh Lanta font figure de piètres candidats à côté de ce que les candidats de la vie de tous les jours ont à réaliser !

C’est une bénédiction, à mes yeux, de savoir cela, ici et maintenant, d’avoir gardé le souvenir de la mission de vie terrestre que nous avons à réaliser. Nous devrions tous avoir cette capacité. Grâce à Dieu, il existe de nombreux outils qui peuvent nous aider, nous permettre de nous en souvenir. Il est important, primordial même, de les identifier, de les (re)connaître.

Lorsque l’on naît avec la mémoire de ce qu’est l’expérience humaine, il arrive parfois, souvent même, que cela ne soit pas reconnu par l’entourage, l’environnement immédiat. Ne dit-on pas que nul n’est prophète en son pays ? Confrontée à cela dès mon plus jeune âge, j’ai rapidement identifié un des outils qui permettait de vérifier ce que j’affirmais : LE LIVRE. Tout a déjà été dit, écrit. Jusque dans les histoires aussi simples et légères que celle de Mary Poppins, la Connaissance est écrite.

Voltaire, Platon, Socrate, Victor Hugo, Lobsang Rampa, le Dr Joseph Murphy, Martin Gray, Emmerson, André Chouraqui, Maria Montessori, John Holt, Pierre Rabhi, pour ne citer que ceux-là, ont présenté dans leurs ouvrages bien des clés, des vérités pour nous accompagner. Ils ont formé mon esprit. L’étude théologique des religions, pas seulement dans les livres mais surtout dans les échanges, les rencontres, ont nourri mon âme. Toutes ces études m’ont conduite au cours de la période adolescente au spiritisme.

La théorie sans pratique est vide de sens. Tester, éprouver puis approuver chacune de ces connaissances m’a menée sur le chemin de l’évolution. Il est arrivé que ma copie soit  bonne du premier coup, à d’autres moments truffée d’erreurs. Comme l’enfant apprenant à marcher en trébuchant, il m’a fallu tirer des leçons, mes leçons de mes propres erreurs.

Et puis un jour, j’ai compris, qu’à l’instar de l’édelweiss poussant dans un environnement hostile et difficile, je réussirais à faire de mon mieux, avec courage et persévérance, dans cet environnement terrestre, ma foi, bien difficile.

 

Claudia Rizet-Blancher
https://claudiarizetblancherblog.wordpress.com/