Le Camp des Saints est un roman de l’écrivain français Jean Raspail, publié en 1973. Il décrit les conséquences d’une immigration massive sur la civilisation occidentale, la France en particulier.

J’ai lu ce livre il y a plus de 20 ans, Mamie Armande aussi, et toutes deux nous sommes dits à l’époque que c’est ce qui pendrait, un jour, inéluctablement, au nez des pays occidentalisés.

Nous sommes en 2015. Jean Raspail était un visionnaire et je ne peux m’empêcher de penser que s’il avait écrit son livre aujourd’hui, il aurait été condamné tout comme Houellebecq avec son roman Soumission.

Je n’ai pas lu Soumission mais je vous invite à lire Le Camps des Saints.

 

Le Camp des Saints

Dans la nuit, sur les côtes du midi de la France, cent navires à bout de souffle se sont échoués, chargés d’un million d’immigrants. Ils sont l’avant-garde du tiers-monde qui se réfugie en Occident pour y trouver l’espérance. À tous les niveaux, conscience universelle, gouvernements, équilibre des civilisations, et surtout chacun en soi-même, on se pose la question trop tard : que faire ? C’est ce choc inéluctable que raconte Le Camp des Saints. Paru pour la première fois en 1973, Le Camp des Saints est le livre qui a fait connaître Jean Raspail au grand public. Il révélait la fascination de l’auteur pour les causes perdues et les peuples disparus, une fascination qu’on continuera d’observer à travers la suite de son œuvre.  » Y a-t-il un avenir pour l’Occident ?  » demandait-il à l’époque. Certains ont été choqués par la façon dont la question était posée, d’autres, en France comme à l’étranger, ont parlé d’œuvre prophétique.  » On n’épousera ou on n’épousera pas le point de vue de Jean Raspail, pouvait-on lire sur la quatrième de couverture de la première édition. Au moins le discutera-t-on, et passionnément « . En [2015], ce débat n’a rien perdu de son actualité.

source : amazon